0

Et si l’intelligence artificielle nous aidait à mieux travailler ? Vraiment ?

Le début du XXe siècle a été très influencé par un livre écrit par un consultant en gestion et ingénieur en mécanique nommé Frederick Taylor, intitulé Les principes de l’organisation scientifique du travail. L’inefficacité au travail, argumentait Taylor, était l’un des plus grands crimes en Amérique; il a privé les travailleurs et les employeurs des niveaux de prospérité qu’ils méritaient. Par exemple, Taylor a noté le «flânerie délibérée» que le syndicat des maçons imposait à ses travailleurs à l’époque en les limitant à seulement 275 briques par jour lorsqu’ils travaillaient sur un contrat de ville, et 375 par jour au travail privé. Taylor avait d’autres idées. Dans l’intérêt de l’efficacité, il croyait que chaque acte accompli par un employé pouvait être modifié et modifié pour le rendre plus efficace, «comme s’il s’agissait d’une loi physique comme la loi de la gravité».

Le taylorisme est une théorie qui s’adapte et évolue

D’autres ont repris le rêve de Taylor d’une main-d’œuvre efficace et presque mécanisée. Les contemporains Frank et Lillian Gilbreth ont étudié la science de la maçonnerie, en introduisant l’ambidextérité et des échafaudages spéciaux conçus pour réduire le soulèvement. Le nombre optimal de mouvements des maçons a été réduit à entre deux et cinq selon le travail, et de nouvelles mesures ont été introduites pour suivre le nombre de briques posées par un individu – à la fois pour inciter les travailleurs et réduire le gaspillage.

Comme beaucoup de théories de la gestion, le taylorisme et le fordisme ont eu leurs « moments de gloire », avant d’être remplacé par d’autres théories d’organisation comme les méthodologies AGILE qui prônent la flexibilité des travailleurs et des missions.

L‘inteligence artificielle au secours du management

Cependant, la racine du taylorisme n’est pas morte, loin s’en faut, les idées fondamentales de cette théorie connaissent une résurgence surprenante. Grâce à la pléthore de capteurs intelligents et aux dernières avancées en matière d’intelligence artificielle, il est maintenant possible de surveiller les travailleurs plus étroitement que jamais et de leur offrir une rétroaction en temps réel, ce qu’aucun gestionnaire (humain) n’a jamais pu réalisé.

Une étude récente de l’Université de Waterloo a montré comment les détecteurs de mouvement et A.I. peuvent être utilisés pour extraire des idées de maçons experts en les équipant de combinaisons de capteurs pendant qu’ils travaillaient à la construction d’un mur en béton.

L’étude a par ailleurs découvert que les maîtres maçons ne suivent pas nécessairement les règles ergonomiques standard enseignées aux novices. Au lieu de cela, ils utilisent des mouvements (comme balancer, plutôt que de soulever, des blocs) qui leur permettent de travailler deux fois plus vite avec la moitié de l’effort.

« Comme nous le savons tous, une main-d’œuvre vieillissante est une menace pour l’économie nationale », a déclaré le chercheur Abdullatif Alwasel au magazine américain Digital Trends. « Pour la réalisation d’un travail très physique, comme la maçonnerie, le problème réside dans la nature du travail. La maçonnerie est un travail hautement physique et répétitif: deux facteurs majeurs connus pour causer des blessures musculo-squelettiques. »

Cependant, lorsque ce type de travail est effectué de manière ergonomique, il ne cause pas de blessures. Cela ressort du pourcentage de blessures chez les travailleurs experts par rapport aux travailleurs débutants ou moins expérimentés.

Le rôle de intelligence artificielle serait ici d’extraire les postures les plus sûres et les plus efficaces utilisés par les experts métiers pour assurer une efficacité maximum. Ceci est à considérer comme une première étape majeure vers la création d’un outil de formation pour les travailleurs novices afin d’obtenir des maçons sûrs et efficaces et de réduire le nombre de blessures dans le métier.

Si ces possibilités « infinies » sont autant d’opportunités prometteuses pour le futur, elles suscitent également une vive levée de bouclier de bouclier chez les syndicats qui qualifient ces décisions de toujours plus orwelienne. On ne les contredira pas…

backTEST

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *